Accueil  Communes du canton  NOGARO

NOGARO

 Chef lieu de canton, Nogaro appartient à la région historique et linguistique de la Gascogne, la Vasconia peuplée de Vascons (ou Gascons). Le toponyme vient du latin « nugarolium » qui signifie « lieu planté de noyers ». Nogaro est sur la voie romaine Toulouse-Auch-Aire-Dax, et des monnaies romaines à l’effigie de l’empereur Marc-Aurèle y ont été découvertes lors de travaux au XIXe s . Nogaro est ville étape sur le chemin de St Jacques de Compostelle (voie du Puy) 
 La ville a été fondée par  Austinde, archevêque d’Auch,  qui acheta  cet emplacement au seigneur local, Guillaume Raimond de Nogaro, afin d’y construire une ville qui accueillerait des conciles provinciaux. Il fit édifier une église et une collégiale formée de chanoines qui allaient assurer le culte et l’enseignement. L’église,  dédiée à Saint Nicolas fut consacrée en grande pompe en 1060. Les privilèges accordés par Austinde et le Comte d’Armagnac firent accourir les habitants des hameaux environnants en grand nombre d’où la prospérité rapide et l’extension de cette sauveté. Mais elle connut également de douloureuses périodes : guerre de cent ans, peste noire de 1348, disettes, intempéries, guerres de religion (elle dut subir à deux reprises les assauts du chef protestant Montgomery en 1569 et 1593),.. Le XIX e s fut marqué par la prospérité économique basée sur la production d’armagnac. 
Aujourd’hui, Nogaro, ville de 2000 habitants interpelle les visiteurs par ses spécificités et ses paradoxes : circuit automobile et arènes de course landaises, aéro-club et église romane.

Patrimoine : 
à l’origine, l’église collégiale Saint Nicolas était de pur style roman comme le cloître attenant dont il ne reste que quelques arcades et le portail nord où apparaît, sculpté, un christ entouré des symboles des quatre évangélistes. Mais elle a subi de nombreux dégâts (guerre de religion) et des erreurs ont été commises par les restaurateurs au XIXe s ( agrandie d’une nef, rehaussée, ..) 

A l’intérieur, pourtant, signalons dans sa partie romane de très beaux chapiteaux sculptés. 

Des fresques ont été découvertes en 1995 dans l'absidiole nord, sous six couches successives d’enduit. Elles suivent de peu la construction de l’église puisque datant de la fin XIe, début XIIe siècle. Leur restauration a débuté en 1997 pour s’achever avec succès en 2001.Sur 30m2 (les plus importantes du Gers), elles racontent une partie du martyr de Saint Laurent et l’on y peut voir représenté un couple de pèlerins. 

En 2003, des travaux dans l'absidiole sud ont mis au jour des fresques contemporaines des précédentes: elles représentent un christ en majesté entouré des symboles des quatre évangélistes.

Enfin, une stèle romane,  découverte en 1954 dans le centre ville à 90 cm de profondeur a retrouvé son église et a été fixée sur un pilier intérieur. 
 

Les arènes, construites en 1929, sont typiques de courses landaises. Elles ont été construites en tenant compte du nombre d’or (dimensions idéales entre la longueur et la largeur). C’est ici qu’ont été créés par Robert Castagnon, en 1956, le Championnat de France des Ecarteurs  (aujourd’hui à Nogaro tous les 3 ans) et la Corne d’Or en 1959 (tous les 14 juillet), deux des rendez-vous les plus importants de la saison.  

Ce sport, géré par une Fédération consiste à écarter ou sauter une vache sauvage agressive, qui peut atteindre 400 kgs. Très répandu dans notre secteur, de nombreux villages du canton possèdent

 leur arène.

 

 Le Circuit Automobile Paul Armagnac, 1er circuit permanent français construit en 1960, est le rendez-vous toute l’année des plus belles courses d’autos, motos, camions, karting et génère une fréquentation très importante de public. Tous les jours, son entrée est libre pour assister aux essais d’écuries de courses ou aux stages de son école de pilotage. Tours de piste en Clio RS, Clio V6, Renault Mégane, Formules Renault monoplace ou bi-place, jouez les grandes émotions. 
 

L’aéro-club du Bas-Armagnac, l’un des plus performants du grand Sud avec l’école de pilotage, 15 planeurs, 5 avions et 2 hélicos propose toute l’année des vols d'initiation et des stages de formation. Parallèlement un atelier de réparation et d’entretien a en maintenance une soixantaine d’avions de toute la France, d’Espagne et du Maroc. 
 

La chapelle de Bouit surplombe le circuit et l'aérodrome. Probablement construite à l'époque romane, cet édifice a abrité de nombreux pèlerins qui s'y donnaient rendez-vous le matin du 15 août. Elle est devenue Notre Dame des Pilotes en 1999

 

 

 

Informations tirées du livre : « Communes du Département du Gers » Tome 2 de la Société Archéologique et Historique du Gers